Cultures du Monde, acteur du patrimoine culturel immatériel

L'ensemble de danses Kecskemét

L’Ensemble a été fondé en 1976, sous le patronage du Centre de Conférence et de Culture de Kecskemét


Kecskemét

Kecskemét est le siège du comitat (région hongroise) de Bács-Kiskun, située au centre de la Hongrie à 85 kms de Budapest environ, elle compte 113 000 habitants
L'influence culturelle des bergers trouve son explication dans l'origine du nom de la ville : „kecske” chèvre et „mét” district .
C'est également la ville d'origine de Zoltán Kodály

L’Ensemble a été fondé en 1976, sous le patronage du Centre de Conférence et de Culture de Kecskemét. Pendant  plus de trente ans, l’ensemble a entretenu les traditions propres à la ville et a accru la renommée de Kecskemét par de nombreux spectacles à l'étranger. Ces activités ont toujours fait la joie de la population, de toute age.
L’Ensemble adapte les danses hongroises et celles des autres nationalités du Bassin des Carpathes à la scène. On met l’accent particulièrement sur la recherche, l’enseignement et la présentation des danses de Kecskemét et de la région de Kiskunság. Quand il y a un évènnement important à Kecskemét ou aux alentours, Il est certain que l’ensemble sera de la fête. Le public régional est donc habitué  de voir chaque année  le groupe dans les cadres du Festival de Printemps ou du Festival de la Semaine „Hírös”.

Conserver, former, transmettre...

La formation de jeunes espoirs est un devoir très important pour l'ensemble qui forme actuellement les enfants répartis dans cinq groupes avec un total de 180 membres aux danses et à la culture folklorique. l'apprentissages des bases de la danse est enseigné dans le cadre d’une École Artistique depuis 1999.
c'est à partir de16 ans que les danseurs peuvent intégrer l’ensemble  adultes,  au sein duquel ils devront à leur tour sauvegarder les traditions tout en produisant un spectacle artistique de haut niveau .
Cet ensemble a plusieurs chorégraphies complexes à son actif  qui composent deux spectacles complets, appelés „KECSKEMÉTI ZÖLDVÁSÁRON” et „VISSZATEKINTÉS (en hommage à Zoltán Kodály)”.
"Zöldvásáron” évoque la tradition des ’hírös’  marchés renommés de la ville et évoque la culture paysanne du bourg de Kecskemét.
"Visszatekintés” est un spectacle qui réunit la musique classique de Zoltán Kodály (qui est né à Kecskemét) et la musique folklorique. Au cours de ce spectacle l'ensemble établit un paralèlle entre ces deux genres musicaux et les deux expressions chorégraphiques que sont  la danse folklorique et le théâtre de danse thématique.
L’accompagnement musical est régulièrement réalisé par l'orchestre "Hírös"


Zoltan Kodaly, un grand intérèt pour la musique traditionnelle

Zoltán Kodály a passé la majeure partie de son enfance en Slovaquie). Il est issu d'une famille de musiciens le père jouait du violonet, quant à sa mère, elle jouait un peu de piano. Kodály reçoit une formation générale, tout en prenant des leçons de piano, d'alto de violoncelle. À l'âge de 16 ans, Il entre à l'Université de Budapest, tout en étudiant à l'Académie de musique de Budapest, Il y rencontre Béla Bartók, qui restera son plus fidèle ami jusqu'à sa mort 1945. Avec Bartók, il va recueillir (sur des rouleaux de cire), mettre en forme et publier une quantité considérable de chants traditionnels nationaux. Sa thèse de doctorat en ethnomusicologie achevée en 1906 (Structure strophique dans le chant traditionnel hongrois) montre bien l'intérêt de plus en plus grand qu'il porte à la musique traditionnelle. Bien que profondément ancré dans ses racines musicales hongroises, Kodály est également un précurseur formel notamment avec l'écriture de la Sonate pour violoncelle seul en 1915 qui explore un nouveau champ technique dans l'utilisation de cet instrument. Cette œuvre reste une des plus connues du compositeur. En 1919, Kodály est nommé directeur assistant de l'Académie de musique de Budapest. Certains de ses élèves, dont le compositeur hongrois György Ránki, étudieront avec lui l'ethnomusicologie. La collaboration riche entre les deux compositeurs hongrois nourrira de nombreuses critiques à l'égard de Kodály qui sera entre autres suspecté de plagiat des travaux de Bartók. Ce dernier défendra Kodály, comme en 1921 en écrivant : Kodály est un des compositeurs majeurs de notre temps. Son art, comme le mien, possède des racines doubles: il a jailli du sol paysan hongrois et de la musique française moderne [Debussy]. Mais quoique notre art ait puisé sa source dans ce sol commun, nos œuvres ont été entièrement différentes dès le premier jour... il est possible que sa forme soit plus proche de certaines traditions. Mais c'est précisément cette différence essentielle qui, trouvant à s'exprimer dans sa musique en une manière de penser complètement nouvelle et originale, rend son message si précieux...» Kodály a créé une œuvre chorale très importante. Il utilise notamment des chansons, des contes, des ballades et des mélodies populaires. Celles-ci reprennent des scènes de vie paysanne, des thèmes bibliques ou héroïques avec l'accent magyar. Il développera de nombreuses méthodes d'enseignement de la musique, dont on parle encore aujourd'hui sous le terme de méthode Kodály, initiant les jeunes enfants au chant et à la tradition chorale. Kodály restera sans doute comme le créateur de l'art choral du xxe siècle.

La danse traditionnelle hongroise



La danse traditionnelle hongroise englobe non seulement le répertoire du territoire de la Hongrie actuelle, mais aussi celui des populations hongroises qui faisaient partie des anciens territoires de l'empire austro-hongrois, qu'on appelle parfois la Grande Hongrie. Il s'agit principalement de la Transylvanie (Roumanie actuelle), de la Voïvodine (Serbie actuelle), d'une petite partie de l'ouest de l'Ukraine, d'une grande partie de la Slovaquie et de la Croatie (ainsi que quelques villages aujourd'hui autrichiens).
Du point de vue formel, le répertoire général des danses hongroises peut se diviser en quatre catégories :
les rondes chantées de jeunes filles, les danses solistes d'hommes, les danses de couples lentes et rapides, les danses avec accessoires, comme les danses de bergers.

En dehors de ces catégories, on peut également classer les danses d'un point de vue historique.
  • les danses de type ancien, telles que les rondes de jeunes filles (karikázó ou « faiseuse de cercles »), les anciennes csárdás en rond ou en couple , les magyar ou négyes, les danses de garçons (kanásztánc, sűrű tempó, ritka tempó, pontozó, legényes et ses variantes régionales et les danses guerrières (hajdútánc ou danse des haïdouks),
  • les danses de style nouveau à l'image des csárdás lente et rapide, formée au xixe siècle et du verbunk (danse de recrutement d'hommes), apparu à la fin du xviiie siècle

On retrouve une forme de vielle dans la musique hongroise
On retrouve une forme de vielle dans la musique hongroise




En bref

Boris et son action pour l'orphelinat "les enfants du soleil" au Nepal.

Boris et son action pour l'orphelinat "les enfants du soleil" au Nepal.
Namaste !
Pour cette année 2017, grâce à l'argent récolté, j'ai pu offrir de la nourriture pour l'orphelinat les enfants du soleil :

Quelques 210kg de riz, 60kg de pommes de terre, 50 kg de farine, 45kg d'onion, 40kg "beaten rice", 30kg de lentilles, 20kg de "gram"(produit typiquement nepalais), 15kg de sucre, 2kg de poudre de cumin, 2cartons d'huile,  1pot de beurre népalais, des paquets de lait et des couches pour Ashley la plus jeune qui a 2 ans...

Un grand merci aux Festival des Cultures du Monde de Gannat, à l'association Project Moon et l'association des Combrailleurs qui m'ont laissé une place au sein de leur festival et sans qui rien aurait été possible.

Un grand Merci a tous ceux qui ont contribué au cours de ces manifestations merci à ceux qui m'ont soutenus dans ma démarche et j'aimerais également dire le grand respect que je porte à Milan et Namita devant le courage et la grande tache qu'ils ont à  accomplir tous les jours avec une vingtaine d'enfants à charge

Grand Merci et à bientôt !


Retour sur images

cookieassistant.com