Cultures du Monde, acteur du patrimoine culturel immatériel

La fête à Jules

dès le samedi 30 mars à la Maison du Folklore

Le 20 avril, nous fêterons le centenaire de Jules Devaux (1913 – 1989), joueur de vielle, chanteur et truculent bonimenteur. Élève de Gilbert Malochet et Gaston Guillemain, des vielleux de légende


La fête à Jules
Jules fut l’un des rares, parmi les musiciens collectés dans les années 1980, à vouer toute sa vie professionnelle au service de la musique. En solo d’abord, puis avec Édith Montardon depuis la fin des années 1950, sous le titre « Le Gâs Jules et la Marie », il écume les villes thermales, les stations de sport d’hiver et les lieux de villégiatures estivaux. Il a même joué dans deux expositions internationales, à Bruxelles et Montréal. De là, il pousse jusqu’à Acapulco, et demande à tous les vielleux qu’il rencontre si, eux aussi, ils sont allés jouer là-bas. L’animal est moqueur.

Bien avant le statut d’intermittent, il se déplace dans sa camionnette – un petit mobil-home avant la lettre – d’une ville à l’autre, et anime les soirées des restaurants, brasseries, pensions de famille… Vêtu « à la Bourbonnaise » avec sabots et biaude, il ne donne pas que dans le folklore car, en bon animateur, il se doit de jouer le répertoire demandé par son public. Il joue donc à peu près tout, de La Chanson des Blés d’or à O sole mio, en passant par Michel Delpech, les Beatles, Annie Cordy, sans oublier Chopin ou Brahms à l’occasion. Il porte beau, et s’exprime avec recherche, il a le verbe facile, et la plaisanterie de circonstance en toute occasion.

Le duo est au point, à Jules boniment, mélodie et chant, tandis que la Marie gère harmonies et contrechants, tant vocaux qu’instrumentaux. Ensuite on passe le chapeau, car c’est le mode de rétribution le plus courant, le gîte et le couvert étant fournis par le tenancier du lieu où l’on joue. Et puis on vend des cartes postales ou des disques, 33t. et 45t.
Nous l’avons rencontré durant les années 1980, et trinqué avec lui dans son atelier où il fabrique quelques vielles. Il s’est raconté devant micros et caméra, en jubilant. Dame, lui aussi, il avait interrogé en son temps Gaston Guillemain. L’autre lui avait dit : « Tu veux donc que je te dise mes secrets avant que je meure ? ». Et Jules n’était pas avare d’histoires et d’anecdotes.
Est-ce lui qui a chipé une noce au nez et à la barbe d’un de ses collègues, ou le contraire ? Bien malin qui le dira.

exposition et célébration

Pour honorer sa mémoire, le village d’Ébreuil (03) où il résidait lui rendra hommage le samedi 20 avril 2013. Durant l’après-midi, les élèves de l’école de musique de Gannat joueront un peu partout, puis l’on se rassemblera pour une « Bourrée à Malochet » (Jules la jouait) géante sous la halle. Ensuite cap sur la salle des fêtes, avec une visite guidée de l’exposition consacrée à Jules – cette exposition sera la semaine précédente dans la salle du conseil de la mairie d’Ébreuil, et dès le 30 mars à l'occasion de la fête du Bon Coin à la « Maison du Folklore » de Gannat.
Le point d’orgue de cette journée sera un grand repas à l’ancienne, animé par une tripotée de vielleux & vielleuses : Claude Flagel, Évelyne Girardon, Michel Colleu, plus le ban et l’arrière ban des vielleux-chanteurs-diseurs de sornettes du Centre… On banquètera, avec des prestations en solo ou duo pendant qu’on passe les plats. Puis, sur le tard, on poussera les tables, et on dansera, avec les musiciens présents et les élèves de l’école de musique de Gannat.
Voilà, tout est dit, ou presque. La manifestation est co-organisée par la Mairie d’Ébreuil, le Centre Départemental des Musiques et Danses Traditionnelles de l’Allier, l’Association Nationale Cultures et Traditions, le Centre Social d’Ébreuil, et l’école de musique de Gannat, aidés de différents soutiens. Il est nécessaire de réserver pour le repas (environ 20 €), avant le 10 avril au 04.70.66.60.01 (maxou.heintzen@orange.fr). Et avis aux collectionneurs : il reste quelques microsillons du « Jules et la Marie », qui seront mis en vente ce jour-là, ainsi que le CD « Portrait de musicien », réalisé autour du Jules en 1996.
La fête à Jules




cookieassistant.com