Cultures du Monde, acteur du patrimoine culturel immatériel

Passeurs de Mémo'Arts : l'heure du bilan

Après cinq mois passés au plus près des techniques culinaires, nos 8 volontaires du projet "Les Passeurs de Mémo'Arts" ont quitté les fourneaux, forts de cette première expérience. Retour sur cette fin de parcours riche en apprentissages et découvertes.


Cuisiner le Monde

C’est dans une dynamique d’ouverture culturelle qu’au fil des dernières séances, les participants ont voyagé d’un continent à l’autre pour découvrir et expérimenter des recettes traditionnelles variées.

Poulet yassa
Poulet yassa
Sélectionnés en lien direct avec les invités du festival "Les Cultures du Monde" qui démarrait quelques semaines plus tard, ces plats traditionnels ont emmené les Passeurs de Mémo'Arts en Colombie avec le « banjera paisa », en Italie avec la « caponata » (ratatouille sicilienne), au Sénégal pour y cuisiner un «poulet yassa » et son riz pilaf, au Costa Rica pour découvrir le « perchuga de pollo en salsa » (escalope de poulet à la sauce ananas) et enfin en Russie avec le « bortsch », potage emblématique du pays.
Autant de découvertes techniques et gustatives qui ont permis aux participants de mettre leurs nombreuses connaissances en application, tout en poursuivant un apprentissage enrichi de rencontres sur le terrain.
 

Tous les participants s’entendent en effet sur le grand apport social et humain d’un tel parcours. Ces bienfaits seront d’ailleurs soulignés quelques semaines plus tard par Annie Berthuet, présidente d’Etudes et Chantiers Espace Central.

Côté insertion professionnelle, deux volontaires anciens cuisiniers sont toujours intéressés par la profession, mais ils se laissent le temps de la réflexion avant de peut-être, reprendre le chemin des fourneaux. Pour les autres, même si aucun projet professionnel directement lié à la cuisine ne s'est dessiné, cette expérience aura été des plus bénéfiques sur le plan social.

A la rencontre des professionnels locaux

L'équipe vidéo du projet ne rate pas une miette de la préparation.
L'équipe vidéo du projet ne rate pas une miette de la préparation.
A travers le projet, les participants ont pu accéder aux coulisses de plusieurs entreprises du territoire, afin de percer quelques secrets des métiers de la cuisine, dans divers contextes, tout en échangeant avec les professionnels locaux.
Les volontaires ont ainsi découvert Convivial (Creuzier-le-Vieux), PME spécialisée dans la production de viande surgelée ; les laboratoires du Gourmet Fiolant (Ebreuil), entreprise créé par Didier Coutard, cuisinier-traiteur. C’est ensuite la boucherie-charcuterie Les viandes du Terroir (Gannat) qui a ouvert ses portes à nos volontaires. Enfin, les participants ont investi les cuisines du lycée professionnel Gustave Eiffel (Gannat) aux côtés de Christophe Vorillon, cuisinier au lycée et animateur des ateliers hebdomadaires du parcours.

Au programme de ces visites : de nombreuses questions, allant du parcours des professionnels rencontrés aux produits travaillés, en passant par des points techniques (hygiène et sécurité, choix et traçabilité des produits, gestion d’une entreprise…).
Autant de découvertes et rencontres appréciées aussi bien par les professionnels sollicités que par le groupe de volontaires.
 

Evolution et évaluation

Au terme du parcours, l'évaluation finale s'est tenue le 29 juin en présence de l'équipe du projet, des participants, et de Philippe Baherre, conseiller à la Mission Locale de Vichy et Gannat. L’occasion pour tous de revenir sur ces semaines d’apprentissage, dont le bilan s’avère très positif. La progression « technique » des participants, tout d’abord, se veut naturellement importante puisque la majorité des volontaires démarrait le parcours sans grandes connaissances en cuisine. Les documents d’évaluation utilisés par Thomas Urbanowski tout au long du parcours sont là pour appuyer cette évolution.

Christophe Vorillon attire l’attention du groupe sur l’apport théorique du parcours : « Les règles d’hygiène et de sécurité et la méthode HACCP ne vous serviront pas qu’en cuisine ! Dans tous les domaines, on fait appel à ces notions importantes. » En termes de compétences, celles relevant du savoir-être sont elles aussi mises à l’honneur : « Ce parcours semble avoir été très bénéfique socialement. Le travail en équipe dans une ambiance conviviale – bien que studieuse ! – ne peuvent que renforcer les apports d’un tel programme », note Philippe Baherre.

Aux fourneaux pour les Cultures du Monde

Symboliquement, le « rendu » du parcours a eu lieu en ouverture du festival "Les Cultures du Monde", le 23 juillet dernier. A cette occasion, la préparation d'un cocktail dinatoire pour les invités officiels du Festival (150 personnes) a été confiée aux participants, sous la houlette de Christophe Vorillon.
Choix des produits, gestions des quantités, planning de préparation... Une dernière fois et toujours motivés, les Passeurs de Mémo’Arts partagent les fourneaux et continuent d’apprendre. Après trente semaines, une certaine confiance mêlée de fierté se devine sur les visages, tandis qu’une envie constante de bien faire les anime.

Le cocktail est une réussite : une fin de parcours toute en saveurs !
saveurs surprises pour le buffet du festival
saveurs surprises pour le buffet du festival

Et maintenant ?

Ce premier parcours refermé laissera bientôt place au parcours « Un territoire de savoir-faire », consacré aux métiers de l’artisanat et de l’artisanat d’art local. Au programme pour les futurs bénéficiaires : rencontres de professionnels sur le territoire, ateliers de découverte et de mise en pratique des techniques, visites d’Entreprises du Patrimoine Vivant…

Tout un programme, à découvrir en détails courant octobre.



En bref

Ambassadrice pour un projet de longue haleine

Ambassadrice pour un projet de longue haleine
Lors de son périple en Amérique latine, Stéphanie, une de nos guides-accompagnateurs des groupes invités, est passé à Bogota en Colombie pour saluer les membres du groupe Pachamama invités en 2016.
Stéphanie a  accepté de se rendre ensuite à Medellin  afin de  rencontrer les musiciens du groupe Zafarrancho, un ensemble recommandé par l'Alliance Française.
Un saut de puce de 500 kms et quelques 9h00 de route plus tard, la voici à Buenaventura  à la rencontre d'un autre groupe  programmé dans le cadre de "l'année de la Colombie en France".
c'est  un  groupe qui lutte depuis deux ans pour financer son voyage et pour lequel nous avons préparé un programme de 6 semaines en France l'été prochain
 Stéphanie mérite amplement le titre d'ambassadrice gannatoise de Cultures du monde.
Notre image : sur les ondes de radio Buenaventura
 


Retour sur images
Maria-christina3
Nongak-09
della-cordella-1
turichiqui-28
Pachamama-16
Tijeras-01
Pachamama-14
BG's16-11
Pachamama-19
turichiqui-12

cookieassistant.com